samedi 23 mai 2020
Logo_blog_de_deux_sexologues

Un nouvel article vient de paraître sur Sexoblogue

Bonjour [subscriber:firstname | default:cher lecteur], vous recevez ce message car vous êtes inscrit à notre Newsletter. Pour changer vos préférences d’abonnement, il suffit de cliquer sur le lien plus bas.

23 mai : journée mondiale contre les fistules obstétricales

Sage-femme Afrique Grossesse accouchement
Auteur : Dr Arnaud ZELER
Catégorie : Maladies et sexualité

Alors que l'on entend régulièrement des débats concernant la sur-médicalisation de l'accouchement en France (où seules 0,2 % des naissances se font à domicile), il existe dans le reste du monde une complication très grave de l'accouchement qui touche des millions de femmes : la fistule obstétricale.

Aujourd'hui, 23 mai, est la Journée internationale pour l'élimination de la fistule obstétricale.

Lancée en 2013 par les Nations Unies, cette journée vise à sensibiliser la société à cette problématique et à mobiliser la communauté internationale pour mettre fin à cette pathologie.

La fistule obstétricale se définie par une communication entre le vagin et la vessie (fistule vésico-vaginale, FVV), ou entre le vagin et le rectum (fistule recto-vaginale, FRV), due à un travail prolongé lors de l'accouchement.
Cette complication entraine bien entendu un retentissement catastrophique sur la sexualité, mais également sur la vie sociale de ces mères, souvent très jeunes et défavorisées.

Le premier exemple de fistule obstétricale a été découvert sur une momie datant de 2050 avant J.-C., en Égypte qui semblait avoir souffert d'une fistule vésico-vaginale.

La relation entre le travail avec obstruction et le développement de la fistule a été reconnue et décrite par le médecin persan Avicenne en 1037 après J.-CRobert F. Zacharin, « A History of Obstetric Vesicovaginal Fistula », ANZ Journal of Surgery 70, nᵒ 12 (5 décembre 2000): 851‑54, https://doi.org/10.1046/j.1440-1622.2000.01990.x.

Avant le XXe siècle, les fistules urinaires et rectales étaient un problème fréquent des accouchements dans le monde entier. Les femmes qui subissent ces obstructions et l'incontinence qui en résulte, sont souvent jeunes, sous-alimentées, sans éducation et mariées précocementL Lewis Wall et al., « The Obstetric Vesicovaginal Fistula: Characteristics of 899 Patients from Jos, Nigeria », American Journal of Obstetrics and Gynecology 190, nᵒ 4 (avril 2004): 1011‑16, https://doi.org/10.1016/j.ajog.2004.02.007. Elles sont généralement originaires de régions rurales et pauvres, et leur première grossesse est souvent précoce.

Cependant, une enquête tanzanienne menée par le Women's Dignity Project et Engender HealthWaaldijk, K. 2008. Obstetric Fistula Surgery, Art and Science: Basics. Katsina, Nigeria: Babbar Ruga Fistula Teaching Hospital a montré que moins de la moitié des fistules dans ce pays résultaient d'une première naissance, ce qui suggère que de nombreuses fistules surviennent également lors de grossesses ultérieures. La femme travaille à la maison, sans bénéficier d'une accoucheuse qualifiée et loin des soins médicaux capables d'assurer une intervention chirurgicale. En l'absence de services de communication ou de transport adéquats, le travail se poursuit pendant plusieurs jours ; si l'accouchement ne suit pas, le bébé meurt et la mère subit souvent les complications à long terme d'une fistule obstétricaleIMPAC (Integrated Management of Pregnancy and Childbirth). 2006. “Obstetric Fistula: Guiding Principles for Clinical Management of Programme Development.” Department of Making Pregnancy Safer, World Health Organization, Geneva..

Dans les pays développés, comme la France, ces complications sont extrêmement rares grâce à l'anesthésie péridurale et les procédures chirurgicales sûres et efficaces pour les césariennes. Lorsqu'elles surviennent, c'est en général sur un terrain particulier : anomalie congénitale, complication chirurgicale, complication d'un cancer ou d'une radiothérapie.

En revanche, dans les régions à faibles et moyens revenus d'Asie, d'Afrique sub-saharienne, d'Amérique latine et des Caraïbes, la cause principale des fistules entre la vessie et le vagin et entre le rectum et le vagin est un travail, au moment de l'accouchement, prolongé, qui se traduit souvent, de plus, par l'accouchement d'un mort-né.

En l'absence, pour le moment, d'études portant sur le retentissement de ces fistules sur la sexualité, nous vous proposons de relire notre article sur la reprise des rapports sexuels après un accouchement.

Sexualité après la grossesse : 5 astuces pour retrouver du désir après l’accouchement
facebook twitter youtube linkedin