Les obstacles à la vie intime et sexuelle en EHPAD : maltraitance ou manque d’information ?

Publié le 15 juin 2020 dans la catégorie Formation

Dossiers : , ,

L’activité sexuelle diminue avec l’âge mais ne disparait pas

Une étude américaine montre que parmi les 75 à 85 ans, 26% déclarent être sexuellement actif1).

Cependant, la proportion de la population sexuellement active en résidence tombe à 8%.

Si l’amour fait partie du quotidien des EHPAD, rythmé par les couples qui se font et se défont, comment laisser les sentiments et la sexualité des personnes âgées s’épanouir librement ?

La loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement (ASV)

Le respect de l’intimité des résidents est une notion fondamentale des textes de loi concernant la vieillesse et sa prise en considération.

« Les maisons de retraite médicalisées (…) sont, à la fois, des lieux de soins et de vie. [Ils] doivent être conçus de manière à mieux intégrer les souhaits de vie privée des résidents, leur intimité et leur vie sexuelle. »

Loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement (loi ASV), septembre 2016

Doivent être assurés, « à toute personne prise en charge (…) le respect de sa dignité, de son intégrité, de sa vie privée, de son intimité (…) » (article 27).

Ce droit à l’intimité inclut bien entendu la sexualité.

Il faut rappeler que la sexualité n’implique pas nécessairement un rapport sexuel avec un partenaire mais peut se vivre seul. L’intimité c’est aussi le besoin de se retrouver seul avec son corps, de pouvoir le toucher, sans avoir peur que quelqu’un vienne nous surprendre.

Les trois obstacles à la sexualité en EHPAD

1) Les obstacles personnels

Pour la génération actuelle de résidents en EHPAD, la question de la vie intime et sexuelle est restée un tabou. Ils ont construits leur sexualité avant l’époque de la libération sexuelle de mai 68. Ils ont évolué dans un temps où l’on ne parlait ni sexualité librement, encore moins d’épanouissement sexuel (l’idée d’un plaisir sexuel pour la femme n’existait même pas), et ils sont restés dans cette peur chaste d’aborder le sujet.

Peut-être que les choses vont naturellement se modifier à l’avenir dans les EHPAD avec l’arrivée progressive de nouvelle génération de personnes âgées qui auront eu le loisir de vivre leur sexualité de façon plus libérée ?

2) Les obstacles liés au personnel soignant

L’EHPAD est plus conçu sur le modèle de l’hôpital que comme un lieu de vie dans lesquels se pratiquent également des soins. Le personnel soignant est constitué d’infirmiers et d’aides soignants qui ont été formés, pour la plupart, à l’hôpital avec des protocoles bien précis, la question de la vie intime du patient n’en faisant pas partie.

En effet, à l’hôpital, suivant les motifs d’hospitalisation du patient (cancer, lourde opération etc.), les différents professionnels ont souvent le sentiment que cette question de l’intimité sexuelle n’est pas une priorité et, par conséquent, ne les concerne pas2).

En résidence médicalisés pour personnes âgées, la chambre est un espace privé. Pourtant, il est très fréquent que les soignants y pénètrent sans frapper.

Par ailleurs, on constate du côté des professionnels un évitement de la question de la sexualité. Cette crainte d’aborder le sujet s’explique par plusieurs raisons :

  • peur d’être intrusif et de mettre le résident mal à l’aise et de ressentir soi-même une gêne,
  • peur de ne pas savoir quoi répondre ou de manquer de relai et de se retrouver seul en face de la problématique du patient
  • et enfin manque de temps à accorder en plus des soins nécessaires.

Plus largement, on remarque que la question est plus facilement abordée lorsque la sexualité pose problème, ou bien que la pathologie du patient impacte directement cette sphère.

Pourtant, les résidents, même âgés, ont bel et bien conservé une sexualité. Répondre à leur besoin de vie intime et sexuelle, c’est donner une place à la singularité de chacun et au désir de la personne. C’est parfois même une question cruciale pour certains : il en va de leur équilibre psychique, de leur vie affective et relationnelle, de leur image et estime de soi est en jeu.

Il y a également encore beaucoup de tabous à dépasser pour les générations plus jeunes autour des représentations de la sexualité du sujet âgé.

Nombreux sont ceux qui considèrent très négativement la sexualité des personnes âgées avec l’idée que ce n’est plus le moment. La question de l’intimité en institution est un sujet nouveau qu’il faut prendre le temps d’assimiler. Chacun projette beaucoup de lui-même, de ses propres angoisses, de son propre vieillissement, de sa propre sexualité.

Il est donc important que la question de la possibilité de la sexualité soit abordée au niveau de l’équipe, lors de formations ou de discussions plus ou moins formelle. Les institutions se doivent d’avoir une réflexion sur la question de l’intimité de manière générale, pas uniquement de l’intimité sexuelle. La posture de la direction est également très importante et facilite les réponses apportées aux résidents si elle est favorable à la poursuite de cette vie intime dans ses murs.

Enfin, comme le rappelle Gérard RIBES, psychiatre, sexologue et enseignant chercheur à l’Université Lyon 2 : « Les institutions ne sont pas les garantes de la morale. Elles sont responsables de la sécurité et de la santé de leurs pensionnaires, mais elles n’ont pas le rôle de dicter aux personnes la manière dont elles doivent vivre leur vie. Les personnes doivent pouvoir y vivre autant que possible comme chez elles, en faisant ce qu’elles souhaitent et avec qui elles le souhaitent ».

Il reste bien-sûr des points de vigilance que nous aborderons plus loin, notamment concernant la question du consentement de la personne considérée comme vulnérable.

3) Les obstacles liés aux familles

Comme le rappelle Gérard RIBES, les proches sont souvent les premiers censeurs de la sexualité de leur parent. Il est très difficile pour certains de voir leur parents nouer de nouvelles relations alors que parfois l’autre parent est toujours vivant mais trop malade et/ou hospitalisé dans un autre service.

Malgré les réclamations des familles, le personnel soignant ne peut pas s’opposer ou empêcher le résident de côtoyer qui il souhaite. Que les enfants l’acceptent ou le rejettent, ils n’ont normalement pas à en être informés. Ce qui ne signifie qu’il ne faille rien faire de cette situation, au contraire : le dialogue avec les enfants comme avec le résident est nécessaire.

La communication et l’information est la base de la compréhension de la situation et de son apaisement pour tous, familles, résidents et personnels.

Inquiétudes à propos de la vulnérabilité et du consentement

L’une des premières questions qui se pose, aussi bien du côté des professionnels que des familles, est celle du consentement à l’intimité ou à la sexualité de ces personnes dépendantes et très fréquemment atteintes de troubles cognitifs sévères.

Les personnels sont de mieux en mieux formés et, connaissant leurs résidents, peuvent repérer plus facilement des changements de comportements si quelque chose se passait.

Mais, de toutes façons, ce n’est pas parce que l’on souffre de démence que l’on n’a plus besoin de caresses, de contact physique. « Ce sont les contacts qui nous font humains » insiste Gérard RIBES. « Avec l’âge, et encore plus en cas de démence, les personnes ne sont plus touchées, ou seulement comme des malades. Il y a une forme de déprivation sensorielle qui peut être très douloureuse (…). Le toucher, le contact, la tendresse, sont des besoins fondamentaux»

Recevez gratuitement notre livre :)

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout !
Puisque vous semblez intéressé par le sujet, nous vous proposons de recevoir notre e-book « Qu'est-ce qu'un sexologue ? », pour :


  • Mieux comprendre le métier de sexologue
  • Découvrir quels formations permettent de devenir sexologue
  • Bien choisir son praticien
  • Découvrir de quelle manière un sexologue peut vous aider si vous souffrez de troubles de l'érection, d'éjaculation prématurée, de vaginisme, de sécheresse vaginale ou de problèmes de couple
    Nous haïssons les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. En vous inscrivant ici, vous recevrez des articles, vidéos, offres commerciales, podcasts et autres conseils en rapport avec la sexologie. Vous pourrez vous désabonner à tout instant. Lisez les mentions légales complètes pour plus d'infos.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Références

  1. (Lindau et al. A Study of Sexuality and Health among Older Adults in the United States. N Engl J Med. 23 août 2007;357(8):762‑74. Disponible sur: http://www.nejm.org/doi/abs/10.1056/NEJMoa067423[]
  2. (Dorothée Crivelli. Le regard du personnel soignant sur la sexualité des personnes âgées en institution. Enquête auprès de 3 EHPAD de la région nancéenne. Sciences du Vivant [q-bio]. 2010. hal-01734386[]
  • 9
    Shares