Dysfonctions sexuelles masculines

[Cours] La dysfonction érectile chez le patient diabétique

Sujets : , ,
La dysfonction sexuelle masculine est une complication courante du diabète : il y a 3x plus de troubles érectiles chez les patients diabétiques que chez les non-diabétiques.

[Cours] Les dyspareunies masculines

Sujets : ,
Les dyspareunies sont des douleurs pendant les rapports sexuels. Elles sont en général plus souvent rapportées chez la femme, mais elles surviennent parfois chez l’homme. Les dyspareunies masculines regroupent aussi bien les douleurs ressenties par l’homme, que les douleurs causées chez la femme (ou chez le partenaire) à cause de l’homme lors des rapports sexuels. Ces douleurs peuvent soit survenir durant le rapport sexuel, soit au moment de l’éjaculation. Les douleurs lors des rapports sexuels regroupent : - Les anomalies du prépuce : frein court, paraphimosis - Les lésions post-traumatiques : frein rompu - Les lésions dermatologiques : condylome, mycose, lichen, eczéma, psoriasis - Les infections : balanite chronique, mycose, herpès - les anomalies de la verge : courbure ventrale, maladie de Lapeyronie, lésions post-traumatiques, fibroses secondaires après chirurgie - les causes testiculaires : torsion, neuropathie pudendale, épididymite chronique, tumeurs etc - les hernies inguinales - les neuropathies pelviennes - Les causes psychologiques et les pathologies psychiatriques : névroses phobiques, syndrome de culpabilité extra-conjugale Les douleurs lors de l’éjaculation sont retrouvées : - chez 17 à 26% des patients souffrant d’HPB - dans 50% des prostatites chroniques - dans 14% des prostatectomies radicales - chez les patients qui présentent des obstructions lithiasiques des canaux éjaculateurs (attention aux traitements ISRS) Enfin, les dyspareunies de la partenaire d’origine masculine sont souvent dues à - une sexualité « machiste » (pas de préliminaire, sexualité de performance…) - un manque de communication dans le couple

physiology of ejaculation

[Cours] Les troubles de l’éjaculation

Sujets : ,
L’homme est programmé pour éjaculer rapidement, mais avec l’expérience il peut durer plus longtemps. 1% des hommes éjaculent avant la pénétration (éjaculation précoce) et, à l’opposé, 2% mettent tellement longtemps à venir qu’ils n’éjaculent jamais (anéjaculation).

Image libre de droit

[Cours] Les facteurs psychologiques de la dysfonction érectile

Sujets : ,
L’anxiété de performance, c’est la peur chez l’homme de ne pas être « suffisamment bon » au lit. Elle a pour conséquence de : - majorer la dysfonction érectile : l’homme angoisse tellement que cela influe sur sa fonction érectile. - provoquer des phénomènes de renforcement négatif : l’homme se dit que s’il n’y arrive pas la prochaine fois, alors il ne vaut rien, et de ce fait, cela induit des distorsions cognitives.

blank

[Cours] La dysfonction érectile

Sujets : ,
La dysfonction érectile ou impuissance est une incapacité persistante ou récurrente à obtenir ou à maintenir une érection permettant un rapport sexuel satisfaisant évoluant depuis au moins 3 mois (à la différence de la "panne" sexuelle), induisant une souffrance du patient ou du couple. Le diagnostic se fait sur l'interrogatoire.

Circuit nerveux de l'orgasme

[Cours] Les troubles de l’orgasme chez l’homme

Sujets : ,
Pendant les secousses cloniques accompagnant l'éjaculation, l'homme ressent des sensations agréables. Ces sensations voluptueuses portent le nom d'orgasme. Les secousses cloniques à la fréquence de 0,8 secondes sont accompagnées de décharges d'ocytocine, qui est l'hormone liée à l'attachement. L'orgasme à une qualité, une intensité et une durée très variable selon les individus d'une part, et chez le même individu, d'une expérience à l'autre d'autre part.

Homme gros plan

[Cours] Les troubles du désir masculin

Sujets : ,
L'absence de libido chez l'homme peut entrainer des troubles sexuels et une souffrance chez la personne et dans le couple

blank

[Cours] Les troubles du désir chez l’homme vieillissant

Sujets : , ,
La libido chez l'homme est une pulsion physiologique qui n’est pas uniquement dépendante de la testostérone, mais chez l'homme âgé une supplémentation est souvent bénéfique

 
80% des patients ont peur de consulter un sexologueEn savoir plus ➡︎