Comment dépister et prendre en charge les violences conjugales en tant que soignant ?

tears, crying, tear
Photo by Victoria_Borodinova on Pixabay

Les violences conjugales sont le résultat d’un lien dysfonctionnel dans le couple. Les violences entre partenaires intimes sont à situer dans des cycles de vie conjugaux et familiaux mais aussi dans l’histoire individuelle des membres du couple.

Il est très important de toujours avoir à l’esprit que les violences en général et les violences conjugales existent et surviennent quel que soit le niveau socio-culturel et professionnel des individus, des couples et des familles.

En 2020, suite au Grenelle des violences conjugales de 2019, le Ministère de la Justice a mis en place un certain nombre de dispositifs afin de renforcer la lutte contre les violences faites aux femmes par leur conjoint (sanctions pénales renforcées/mesures d’éloignement et de protection de la victime renforcée).

La ligne téléphonique du 3919 est maintenant accessible 24h/24, 7jours/7. Il s’agit souvent du premier recueil de la parole des femmes victimes. Le site internet dédié est très complet.

Le site du gouvernement « Arrêtons les violences » est également très bien renseigné et dispense des informations simples et claires que l’on peut aisément donner aux patientes.

La loi prévoit également de nouvelles mesures pour protéger les enfants qui sont des « co-victimes », étant les témoins des violences à l’encontre de leur mère et souvent d’eux-mêmes, à leur domicile.

Enfin, pour les femmes étrangères, ne maitrisant pas bien la langue française et/ou risquant de perdre leur titre de séjour en rompant avec leur compagnon et/ou en se signalant aux forces de l’ordre, sachez qu’il existe suivant les régions des avocats et des associations qui s’occupent spécifiquement de ces situations particulières.

En résumé, il y a trois éléments principaux à retenir dans la prévention des violences conjugales :

  • La nécessité d’une prise en charge en trois volets : service de justice / système de soins / associations
  • La nécessité de connaitre la spirale de la violence conjugale
  • La nécessité de la connaissance des situations à risques, notamment la grossesse et les séparations

Le cycle de la violence

blank
Figure provenant du site Internet déclic-violence 1

La violence évolue par cycles :

  • Phase de montée en tension dans le couple (événement extérieur ou bien état interne de stress ou de colère de l’auteur).
  • Episodes de violences lors de la phase d’agression (violences physiques et/ou verbales)
  • Culpabilisation de la victime par l’auteur lors de la phase de justification de cette violence (mécanismes de projection avec des phares comme suit : « Si tu ne m’avais pas énervé, on n’en serait pas là », « Tu as fait exprès de me mettre en colère », « Tu l’as bien cherché » etc.)
  • Réconciliation lors de la phase d’accalmie (appelée de façon inappropriée « lune de miel », au cours de laquelle l’auteur promet par exemple qu’il va faire des efforts et que cela ne se reproduira plus).   
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi aimé :  Sexualité après la grossesse : 5 astuces pour retrouver du désir après l'accouchement

En l’absence d’intervention, le cycle se répète avec une augmentation de l’intensité de la violence et une diminution de la durée et de l’intensité des phases d’accalmie. 

Sachez que la prise en charge des auteurs de violences conjugales dans le cadre de thérapies individuelles ou groupales (parfois obligées par la justice dans le cadre d’une obligation de soins) sont efficientes.

La connaissance du caractère cyclique de la violence au sein du couple est essentielle pour comprendre l’une des caractéristiques du comportement des victimes, à savoir leur tendance à la réversibilité dans la demande d’aides et dans leurs démarches. Elle permet également d’adapter les propositions de prises en charge.

En effet, les femmes victimes de violences au sein de leur couple, pensent et espèrent toujours une amélioration de leur relation conjugale et un changement de comportements de leur partenaire (ce qui peut advenir si de réels soins et une sincère démarche longue de changements est entamée), qui, nous l’avons compris, n’est pas, dans beaucoup de cas, uniquement homme violent, puisqu’il peut se montrer doux et compréhensif à d’autres moments. C’est toute la complexité de ce phénomène et de la relation humaine.


Principaux facteurs associés aux actes de violence (liste non exhaustive)

Facteurs associés à la probabilité qu’une femme soit victime de violence Facteurs associés à la probabilité qu’un homme se montre violent  Facteurs relationnels ou conjoncturels 
Le jeune âge 
Un faible niveau d’instruction  
Une exposition à la violence conjugale dans l’enfance 
Maltraitance pendant l’enfance 
L’acceptation de la violence  
La grossesse, la naissance d’un enfant ; la période périnatale 
Les handicaps, les maladies de longue durée 
Les problèmes de santé mentale 
La dépendance financière 
Une conduite addictive (alcool, drogues) 
Le jeune âge  
Un faible niveau d’instruction  
Antécédents de violences ou exposition à la violence pendant l’enfance  
L’abus de drogues et d’alcool  
Des troubles de la personnalité  
La banalisation de la violence (par exemple, considérer qu’il est acceptable qu’un homme frappe sa partenaire) 
Insatisfaction dans le couple  
Contexte de séparation conflictuelle 
Domination masculine dans la famille 
Stress économique, précarité 
Une vulnérabilité liée à une dépendance administrative, et/ou sociale et/ou économique  
Écart entre les niveaux d’instruction, situation dans laquelle une femme est plus instruite que son partenaire masculin 
Différence d’âge importante dans le couple 
Un déracinement géographique entraînant un isolement sociétal 

Comment repérer les violences conjugales ?

Des questions adaptées au contexte

La Haute Autorité de Santé propose aux professionnels de santé ainsi que du secteur médico-social, des exemples de questions à poser aux femmes pour les amener à parler de ce qu’elles vivent de violent à leur domicile.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi aimé :  Les fantasmes contribuent à l’épanouissement sexuel

Vous pouvez choisir la formulation qui vous convient le mieux, ou en tout cas celle avec laquelle vous vous sentez plus à l’aise.

A noter, comme en matière de trouble sexuel, que la patiente n’abordera pas ces difficultés facilement d’elle-même, mais sera soulagée et encline à se confier si c’est le professionnel qui la questionne de manière proactive.

  • « Comment vous sentez-vous à la maison ? »
  • « Comment votre conjoint se comporte-t-il avec vous ? »
  • « En cas de dispute, cela se passe comment ? »
  • « Comment se passent vos rapports intimes ? Et en cas de désaccord ? »
  • « Avez-vous peur pour vos enfants ? »
  • « Avez-vous déjà été victime de violences (physiques, verbales, psychiques, sexuelles) au cours de votre vie ? »
  • « Avez-vous vécu des événements qui vous ont fait du mal ou qui continuent de vous faire du mal ? » « Avez-vous déjà été agressée verbalement, physiquement ou sexuellement par votre partenaire ? » « Vous est-il déjà arrivé d’avoir peur de votre partenaire ? »
  • « Vous êtes-vous déjà sentie humiliée ou insultée par votre partenaire ? »

Vous pouvez également préciser à votre patiente que ces questions sont abordées avec toutes les patientes étant donné la fréquence du risque de violences conjugales et le fait que la politique actuelle soit de plus en plus axée sur la prévention.

Quelques outils de référence

  • « La roue des violences » : un outil qui nomme des exemples concrets de toutes les formes de violences entre partenaires intimes.
  • « Réagir face aux violences conjugales » : une fiche de référence qui détaille les moyens dont disposent les victimes.
blank
Roue des violences, créée dans le cadre du Grenelle des violences conjugales, 2019

Ces outils sont un support de médiation et de communication sur le sujet avec votre patiente.

Comment agir ?

Liste des numéros au niveau national 

En cas d’urgence N° Téléphone 
Police ou gendarmerie  17 
Pompiers 18 
SAMU 15 
Numéro d’urgence européen 112 
Numéro d’urgence pour les personnes sourdes ou malentendantes 114 
Numéro de demande d’hébergement d’urgence 115 
Numéros d’écoute nationale  N° Téléphone 
Violences Femmes Info Numéro national destiné aux femmes victimes de violences, à leur entourage et aux professionnels concernés 39 19 
SOS Viols Femmes Informations  Numéro destiné aux femmes victimes de viol ou d’agressions sexuelles, à leur entourage et aux professionnels concernés0 800 05 95 95
Allô enfance en danger Numéro national dédié à la prévention et à la protection des enfants en danger ou en risque de l’être119 
Numéro international de l’aide aux victimes 116 006 
Fédération 3977 contre la maltraitance Numéro d’alerte sur les risques de maltraitance envers les personnes âgées et les adultes handicapés3977 
Sites Internet
Numéros des associations chargées d’évaluer le danger pour qu’ensuite le procureur attribue les Téléphones graves danger (TGD) Les associations de la FNSF sont souvent impliquées avec les réseaux de santé dans le cadre d’une prise en charge globale. La liste se trouve sur : https://www.solidaritefemmes.org/noustrouver
 « stop violences-femmes.gouv.fr », destiné aux victimes et aux professionnels concernéshttps://arretonslesviolences.gouv.fr/
Déclic violence qui propose des fiches d’aide à la prise en charge  des violences conjugales envers les femmes en médecine généralehttps://declicviolence.fr
Association nationale des intervenants sociaux en commissariats et gendarmeries qui précise les coordonnées des centres d’intervention (onglet « Lieux d’implantation et contacts des ISCG »)http://www.aniscg.org/fr/pages/observatoire-lieux-dimplantations-et-contacts-des-iscg-11.html
Plateforme de signalement des violences à caractère sexuel et sexiste : permet de dialoguer en direct 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 avec un policier ou un gendarme spécialement formé afin de signaler des faits de violences sexuelles et/ou sexistes  https://www.service-public.fr/cmi

Liens utiles

Restez informé sur la santé sexuelle
Merci d’avoir lu cet article jusqu’au bout !
Puisque vous semblez intéressé par le sujet, nous vous proposons de recevoir notre e-book « Qu’est-ce qu’un sexologue ? », pour :

Références

  1. https://declicviolence.fr[]