VIH et sexualité : nouveaux messages par rapport à la prévention de l’infection

Même si les traitements modernes permettent aux patients porteurs du VIH de vivre avec une qualité de vie qui s’est nettement améliorée ces dernières décennies, il reste un domaine dans lequel il persiste fréquemment des troubles : c’est celui de la sphère intime et de la sexualité.

Car malgré l’évolution des traitements, il persiste des retentissements négatifs sur la vie de ces personnes, notamment sur le plan affectif et sexuel, et c’est pour cela que c’est important d’en parler. 

En effet, l’infection VIH étant intimement liée à la sexualité, le fait d’être séropositif majore le risque de difficultés sexuelles et peut entraîner d’importantes conséquences psychologiques sur la libido avec parfois une impression de corps sali, une peur de contaminer l’autre pouvant aller jusqu’à un arrêt total des rapports sexuels et un désintérêt pour la sexualité.

Cependant, même si il n’existe toujours pas de traitement curatif, ni de vaccin contre le VIH, il y a eu ces dernières années 2 avancées majeures qui améliorent largement la qualité de vie sexuelle des patients : la TASP et la PrEP.

Le VIH a une histoire très chargée et sombre

En quarante ans, il y a eu beaucoup d’évolutions scientifiques et médicales concernant le VIH et la maladie qui en découle, le SIDA, mais il reste encore pas mal de chemin à parcourir du côté des représentations sociales. 

Ce virus a fait très peur et a été vécu comme un fléau et a contribué à la persécution des personnes qui ont des rapports sexuels avec des personnes du même sexe.

C’était peu de temps après la libération sexuelle, dans un contexte d’une insouciance nouvelle de la jeunesse à vivre sa sexualité librement, sans le poids de la morale… et le VIH est venu stopper, en tout cas, modifier ça de façon importante et brutale. 

« Sexualité qui porte la mort »

A la base la sexualité, c’est du vivant, c’est l’origine même de la vie, donc c’est très paradoxal comme représentation pour cette population.

De plus, dans les populations à risque de contamination par le VIH, la peur de cette maladie peut être angoissante et vécue comme une épée de Damoclès au-dessus de leur tête.

Deux nouveaux messages très importants

Il y a 2 messages assez nouveaux et très importants qu’il faut apprendre à faire passer.

  • 1er message : indétectable = intransmissible (TASP = Treatment As Prevention)
  • 2e message : La PrEP (Prophylaxie Pré-Exposition) fait désormais intégralement partie de l’arsenal de prévention contre la transmission du VIH
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi aimé :  Comment prendre en charge les comportements sexuels problématiques dans la Maladie de Parkinson ?

TASP (Treatment As Prevention)

Une personne séropositive qui a une charge virale indétectable grâce à son traitement ne transmet pas le VIH

Une personne séropositive qui a une charge virale indétectable grâce à son traitement peut avoir des relations sexuelles avec son·sa partenaire sans préservatif sans aucun risque de transmettre le VIH, quelles que soient les pratiques (rapports vaginaux, anaux, oraux).

Elle peut donc aussi avoir des enfants séronégatifs de manière naturelle (sans assistance médicale) et donner naissance à des enfants séronégatifs.

PrEP (Prophylaxie Pré-Exposition)

Plusieurs recherches ont prouvé l’efficacité de la PrEP, aussi bien en prise continue qu’en prise à la demande. Ces recherches ont été menées principalement chez des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH), mais certaines ont aussi concerné des personnes transgenre et des couples hétérosexuels.

Tous ces essais montrent que lorsque le médicament est correctement pris selon le schéma indiqué, le risque de contamination est nul 1.

Sur la base des bons résultats de ces recherches, la PrEP est désormais recommandée par de nombreuses instances nationales et internationales : Organisation mondiale de la santé (OMS), Conseil national du sida et des hépatites virales (CNS), groupe d’experts contre le VIH, Haute Autorité de santé (HAS).

Sur un plan éthique, il faut bien entendu garder un discours de prévention, car même si la PrEP est efficace sur la transmission du VIH, elle ne protège malheureusement absolument pas des autres infections sexuellement transmissibles et notamment la syphilis qui est en pleine recrudescence, l’hépatite C (pour laquelle il existe un traitement efficace en France, mais ce n’est pas le cas dans tous les pays du monde), la blennorragie, le papillomavirus, etc.

Qui peut prescrire la PrEP ?

Tous les médecins peuvent prescrire la PrEP.

En effet, la primoprescription, qui était réservée jusqu’à présent aux médecins hospitaliers ou exerçants en CeGIDD, a été étendue en 2021 à tous les médecins sans exception.

Il y a aussi une expérimentation en cours avec l’AP-HP qui permet aux infirmiers de suivre des personnes séronégatives et à haut risque d’infection par le VIH et sous traitement PrEP.

Pour être accompagné dans sa prescription, le médecin est invité à :

  • suivre une formation ouverte en e-learning (formaprep, formation validante dans le cadre du DPC)
  • suivre une formation médicale continue (ANDPC, FAF)
  • se renseigner sur les ressources en santé sexuelle présentes sur son territoire et faire appel aux réseaux de santé expérimentés dans cette prise en charge : Cegidd, Corevih
  • ou faire appel à une CPTS ou une MSP qui inclue la santé sexuelle dans leurs thématiques
  • consulter les sites d’aide à la prescription et au suivi de la PrEP (VIHClic, brochure Aides)
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi aimé :  Préserver la fonction sexuelle en cas de cancer colorectal ?

De plus, le Collège de la Médecine Générale a réalisé, en septembre 2022, une fiche pratique synthétique afin d’accompagner les médecins généralistes pour la primo-prescription de la PrEP.

A qui s’adresse la PrEP ?

En France, la PrEP est désormais recommandée chez tous les adultes et adolescents ou adolescentes de plus de 15 ans fortement exposés au VIH.

Et plus particulièrement :

  • Les hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes
  • Les travailleuses ou travailleurs du sexe et leurs partenaires
  • Les personnes qui viennent de pays dans lesquels il y a beaucoup de personnes infectées par le VIH et leurs partenaires
  • Les partenaires des personnes vivant avec le VIH qui n’ont pas atteint une charge virale indétectable
  • Les personnes qui consomment des drogues par injection (avec échange de seringue)
  • Les personnes dont les partenaires sexuels appartiennent à ces populations.

Et qui ont :

  • Soit eu des relations sexuelles sans préservatif
  • Soit eu plusieurs partenaires différents
  • Soit eu plusieurs fois des IST
  • Soit eu recours au TPE (traitement d’urgence)
  • Soit consommé des substances lors de rapports sexuels

Des outils de plus dans l’arsenal de prévention contre la transmission du VIH

La PrEP et la TASP doivent aujourd’hui être considérée comme des outils supplémentaires dans la lutte contre la transmission du VIH, et le fait que ceux-ci ne protègent pas des autres IST ne doit pas empêcher de prescrire largement la PrEP et le TPE (Traitement Post-Exposition) à toute personne se sentant exposée au risque d’infection par le VIH, en plus de tous les autres moyens de prévention existants, que sont :

  • le dépistage
  • l’utilisation de préservatifs
  • l’utilisation de matériel à usage unique
La PrEP, la TASP et le TPE font intégralement partie de l’arsenal de prévention contre la transmission du VIH

En savoir plus

RETENTISSEMENTS DE L’INFECTION VIH SUR LA SEXUALITÉ

Cours du DIU de Sexologie de Lyon

par Dr Jean-François PLASKOWSKI

DPC indemnisé

Si vous êtes Infirmier, Masseur-kinésithérapeute ou Médecin, vous pouvez bénéficier gratuitement d’une formation complète pour apprendre les bases en santé sexuelle grâce à notre formation DPC indemnisée par l’ANDPC.

Dans cette formation DPC de 7h en e-learning, un chapitre complet est dédié à la santé sexuelle des personnes vivant avec et/ou à risque de contamination par le VIH.

Félicitations, vous êtes arrivé au bout de cet article :)
Icône fichier PDFCet article fait 1409 mots. Pour plus de confort, vous pouvez en recevoir une version au format pdf que vous pourrez lire à tête reposée en cliquant ici.
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi aimé :  Retentissement du diabète sur la sexualité

💝Un cadeau spécial pour vous !

Vous êtes professionnel de santé ?
Vous cherchez des outils pour intégrer la santé sexuelle à vos consultations ?

👉🏻Recevez gratuitement notre mini-formation « Comment aborder la sexualité avec les patients ? » comprenant :

  • ℹ️ Les 3 raisons qui font que le soignant DOIT aborder la question de la sexualité avec les patients
  • 🆘 Les freins et fausses croyances qui vous empêchent de le faire
  • ✅ Les techniques et les outils pour aborder la sexualité en consultation


Vous êtes professionnel de l'éducation ?
Vous avez besoin d'outils pratique en éducation sexuelle ?

👉🏻Recevez gratuitement notre pack « Education à la vie sexuelle et affective - Les ressources gratuites pour les professionnels de l’éducation » comprenant 47 ressources gratuites

  • 👱🏻‍♀️ triées par niveau
  • 🧩 et par type de ressource (brochure, boîte à outils, capsules vidéos, jeu etc.)
  • ➡️ pour vous aider dans vos actions d’éducation à la vie sexuelle et affective


Vous êtes un•e patient•e ?
Vous cherchez des solutions à vos difficultés d'ordre sexuel ou relationnel ?

👉🏻Recevez gratuitement notre ebook « Comment choisir son Sexologue ? » pour :

  • 🗺 Vous aider à trouver le thérapeute le plus adapté à vos difficultés
  • 👩🏻‍⚕️ Déterminer les situations devant amener à consulter
  • ❓ Comprendre en quoi consiste une consultation de sexologie

Références

  1. Hillis et Al. Pre-exposure Prophylaxis (PrEP) for HIV Prevention Among Men Who Have Sex with Men (MSM): A Scoping Review on PrEP Service Delivery and Programming. AIDS Behav. 2020 Nov;24(11):3056-3070. doi: 10.1007/s10461-020-02855-9. PMID: 32274670; PMCID: PMC7502438.[]