COVID-19 : Quelles implications pour la santé et les droits sexuels et reproductifs dans le monde ?

Sujets : , Actualités

Cet article est une traduction abrégée d’un article provenant de la revue « Sexual and Reproductive Health Matters ».

Article original par Julia Hussein : « Julia Hussein (2020) COVID-19: What implications for sexual and reproductive health and rights globally?, Sexual and Reproductive Health Matters, 28:1, DOI: 10.1080/26410397.2020.1746065

Le 11 mars 2020, la maladie à coronavirus (COVID-19) a été déclarée pandémie par l’Organisation mondiale de la santé.
D’autres épidémies à coronavirus se sont produites par le passé, comme le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) de 2002-2003 et le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS), signalé pour la première fois en 2012.
De telles alertes sanitaires peuvent avoir des répercussions sur la santé et les droits sexuels et reproductifs de différentes manières, au niveau des individus, des systèmes et de la société.

Grossesse et Coronavirus

On sait que le MERS et le SRAS entraînent des conséquences néfastes pour la grossesse, notamment des fausses couches, la prématurité, un retard de croissance du fœtus et la mort de la mère1.

Dans un cas signalé, la femme enceinte a dû recourir à une ventilation mécanique et à une césarienne à la 30e semaine de gestation2.

Une détresse fœtale et des accouchements prématurés ont été signalés dans certains autres cas où l’infection s’est produite au troisième trimestre3.

La transmission du virus intra-utérin de la mère au bébé avant l’accouchement est un risque reconnu4, bien que les experts actuels estiment qu’il est peu probable que le fœtus soit exposé pendant la grossesse et que la transmission est plus probable lorsqu’il s’agit d’un nouveau-né5.

Les femmes enceintes souffrant d’une maladie respiratoire due à COVID-19 doivent être traitées en priorité en raison du risque de complications. Jusqu’à présent, rien ne prouve que les femmes enceintes sont plus sensibles à COVID-19 que la population générale6, mais la grossesse est néanmoins un facteur de risque d’augmentation de la maladie et de la mortalité dans les épidémies de grippe7.

Le dépistage systématique des infections suspectes pendant la grossesse avec un suivi prolongé des cas confirmés a été préconisé par certaines sociétés savantes8, bien que la praticabilité de ces mesures – compte tenu des symptômes souvent légers, du manque de test et autres – soit incertaine.

Les femmes enceintes sont confrontées à des défis particuliers en raison de leurs responsabilités au sein de la population active, en tant que dispensatrices de soins aux enfants et aux autres membres de la famille, et de leurs exigences de contact régulier avec les services de maternité et les milieux cliniques où le risque d’exposition à l’infection est plus élevé.
Des systèmes de santé fonctionnels et dotés de ressources suffisantes sont sans aucun doute nécessaires pour gérer efficacement la situation.

L’épidémie met déjà les services de santé des pays développés à rude épreuve. Les recommandations concernant les seuls services de maternité, pour limiter l’exposition des femmes enceintes aux personnes malades, tout en veillant à ce que les femmes reçoivent les soins essentiels, impliquent d’identifier les cas potentiels avant l’entrée dans les points de services de santé, de retarder les rendez-vous de routine et d’utiliser des mesures strictes d’isolement et de contrôle des infections pour limiter la transmission aux autres patients et au personnel.

Dans les systèmes de santé à faibles ressources, il n’est pas toujours possible de mettre en place ces recommandations. La gestion de la crise du COVID-19 risque de créer des déséquilibres dans la prestation des soins de santé, de perturber les services essentiels de routine et d’exiger le redéploiement du personnel de santé rare dans les services de santé.

Services de santé sexuel et de la reproduction

Les effets de la pandémie pourraient également affecter les services de soins de santé sexuel et de la reproduction. Les rendez-vous dans les cliniques sont rares dans les pays à faible revenu et les gens peuvent attendre de longues heures dans les salles d’attente surpeuplées des cliniques pour obtenir des soins prénataux, des conseils en matière de contraception ou d’autres services de santé, ce qui augmentera le risque de transmission de l’infection.

L’annulation des consultations de routine peut être nécessaire avec le déploiement du personnel en soins aigus. Les personnes les plus défavorisées peuvent encourir des frais, subir des déplacements sur de longues distances et d’autres désagréments inutiles, voire ne pas se rendre du tout aux soins.

Pour aggraver les problèmes d’organisation des services, les professionnels de santé eux-mêmes risquent de tomber malades. On a estimé, lors de la pandémie de grippe porcine (H1N1), que jusqu’à 50 % du personnel de santé pouvait s’absenter du travail pour cause de maladie9.

Pénuries

Il peut y avoir des pénuries de fournitures médicales essentielles. En raison de la fermeture d’usines et des restrictions sur le transport, l’importation et l’exportation de matières premières dans les pays qui produisent des biens médicaux, les craintes de pénurie de préservatifs, de progestérone et d’antibiotiques se sont accrues10 et des ruptures de stock ont déjà été signalées dans certains pays11.

Conséquences sociales

Bien que les conséquences du COVID-19 sur la santé et les services de santé soient au premier plan dans la conscience du public, les épidémies peuvent déclencher et façonner un discours plus large.

L’épidémie du virus Zika en 2015 en est un exemple. L’infection par le virus Zika entraîne des complications de grossesse et plus particulièrement des malformations congénitales dans le développement du cerveau du fœtus, avec la microcéphalie. En Amérique latine, l’épidémie a suscité un débat sur la nécessité d’étendre les lois sur l’avortement afin de protéger les droits des femmes à un avortement sûr12 et a soulevé des préoccupations en matière de justice sociale et reproductive qui perdurent à ce jour13.

L’épidémie du virus Ebola en Afrique de l’Ouest entre 2014 et 2016 a révélé que les normes de genre des femmes en tant que soignantes familiales et travailleuses de la santé de première ligne les exposaient à un risque d’infection plus élevé. Il ne faut pas ignorer les appels lancés pour que l’on s’attaque aux conséquences des spécificités de genre des épidémies14.

Autres conséquences

La pandémie actuelle pourrait avoir d’autres conséquences positives ou négatives :

  • L’isolement social face à face rendu nécessaire pour le contrôle de l’infection pourrait-il entraîner une augmentation de la violence dans les foyers ?
  • Est-il même possible de mettre en œuvre de telles mesures dans des bidonvilles surpeuplés ou dans des endroits où les gens ne peuvent tout simplement pas survivre sans un revenu quotidien provenant d’un travail formel ou informel ?
  • Les déséquilibres sociaux de race, d’ethnie, de sexe et de richesse seront-ils accentués par les pressions économiques de COVID-19 ?
  • Le verrouillage des pays pourrait-il conduire à une insularité accrue des sociétés qui commencent à revenir à des opinions xénophobes et préjudiciables ?

Perte de revenus, pauvreté, impuissance, intolérance – ce sont autant de facteurs bien connus comme déterminants et facteurs d’influence sur la santé et les droits sexuels et reproductifs15.

Conclusion

Nous ne savons pas exactement comment le théâtre de cette pandémie actuelle se jouera en termes d’implications en aval sur la santé et les droits sexuels et reproductifs.

Une analyse historique de la réponse à l’épidémie mondiale a décrit un mélange toxique de blâme, d’exploitation des divisions sociales et de déploiement de l’autorité par les gouvernements, avec un potentiel de conflit social et de déséquilibre des pouvoirs16.

Nous constatons déjà certains de ces effets : des histoires d’abus racial17, de violence18 et de discrimination19 arrivent de partout dans le monde.

Les principes des droits de l’homme peuvent nous aider à réfléchir à la manière d’agir : en encourageant la participation des communautés, en mettant l’accent sur la non-discrimination, en s’efforçant de garantir la disponibilité, l’accessibilité, l’acceptabilité et la qualité des services, en donnant accès à l’information et en s’efforçant d’assurer la transparence et la responsabilité dans la réponse à la pandémie.

Cette fois-ci, défions l’histoire, travaillons à la coopération internationale et unissons nos efforts pour développer une vision globale et inclusive sur la manière de tirer les leçons de cette dernière menace pour la santé de tous, de la résoudre et de s’en sortir.

Recevez gratuitement notre livre :)

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout !
Puisque vous semblez intéressé par le sujet, nous vous proposons de recevoir notre e-book « Qu'est-ce qu'un sexologue ? », pour :

blank
  • Mieux comprendre le métier de sexologue
  • Découvrir quels formations permettent de devenir sexologue
  • Bien choisir son praticien
  • Découvrir de quelle manière un sexologue peut vous aider si vous souffrez de troubles de l'érection, d'éjaculation prématurée, de vaginisme, de sécheresse vaginale ou de problèmes de couple
    Nous haïssons les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. En vous inscrivant ici, vous recevrez des articles, vidéos, offres commerciales, podcasts et autres conseils en rapport avec la sexologie. Vous pourrez vous désabonner à tout instant. Lisez les mentions légales complètes pour plus d'infos.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Références

  1. Favre, Guillaume, Léo Pomar, Xiaolong Qi, Karin Nielsen-Saines, Didier Musso, et David Baud. « Guidelines for Pregnant Women with Suspected SARS-CoV-2 Infection ». The Lancet. Infectious Diseases, 3 mars 2020. https://doi.org/10.1016/S1473-3099(20)30157-2.[]
  2. Wang, Xiaotong, Zhiqiang Zhou, Jianping Zhang, Fengfeng Zhu, Yongyan Tang, et Xinghua Shen. « A Case of 2019 Novel Coronavirus in a Pregnant Woman with Preterm Delivery ». Clinical Infectious Diseases: An Official Publication of the Infectious Diseases Society of America, 28 février 2020. https://doi.org/10.1093/cid/ciaa200.[]
  3. Rasmussen, Sonja A., John C. Smulian, John A. Lednicky, Tony S. Wen, et Denise J. Jamieson. « Coronavirus Disease 2019 (COVID-19) and Pregnancy: What Obstetricians Need to Know ». American Journal of Obstetrics and Gynecology, 24 février 2020. https://doi.org/10.1016/j.ajog.2020.02.017.[]
  4. Chen, Huijun, Juanjuan Guo, Chen Wang, Fan Luo, Xuechen Yu, Wei Zhang, Jiafu Li, et al. « Clinical Characteristics and Intrauterine Vertical Transmission Potential of COVID-19 Infection in Nine Pregnant Women: A Retrospective Review of Medical Records ». The Lancet 395, n° 10226 (7 mars 2020): 809‑15. https://doi.org/10.1016/S0140-6736(20)30360-3.[]
  5. Ann M. Starrs et al., « Accelerate Progress—Sexual and Reproductive Health and Rights for All: Report of the Guttmacher–Lancet Commission », The Lancet 391, nᵒ 10140 (30 juin 2018): 2642‑92, https://doi.org/10.1016/S0140-6736(18)30293-9[]
  6. « UNFPA Statement on Novel Coronavirus (COVID-19) and Pregnancy », consulté le 24 avril 2020, https://www.unfpa.org/press/unfpa-statement-novel-coronavirus-covid-19-and-pregnancy[]
  7. Sonja A. Rasmussen, Denise J. Jamieson, et Joseph S. Bresee, « Pandemic Influenza and Pregnant Women », Emerging Infectious Diseases 14, n°1 (janvier 2008): 95‑100, https://doi.org/10.3201/eid1401.070667[]
  8. Guillaume Favre et al., « 2019-NCoV Epidemic: What about Pregnancies? », Lancet (London, England) 395, n°10224 (22 2020): e40, https://doi.org/10.1016/S0140-6736(20)30311-1[]
  9. Imogen Stephens, « Pandemic Flu: Implications for Sexual and Reproductive Health Services », The Journal of Family Planning and Reproductive Health Care 35, n°4 (octobre 2009): 215‑16, https://doi.org/10.1783/147118909789587150[]
  10. Hannah Ellis-Petersen, « India Limits Medicine Exports after Supplies Hit by Coronavirus », The Guardian, 4 mars 2020, sect. World news, https://www.theguardian.com/world/2020/mar/04/india-limits-medicine-exports-coronavirus-paracetamol-antibiotics[]
  11. « Opinion: How will COVID-19 affect global access to contraceptives — and what can we do about it? », Devex, 11 mars 2020, https://www.devex.com/news/sponsored/opinion-how-will-covid-19-affect-global-access-to-contraceptives-and-what-can-we-do-about-it-96745[]
  12. Simone G. Diniz et Halana F. Andrezzo, « Zika Virus – the Glamour of a New Illness, the Practical Abandonment of the Mothers and New Evidence on Uncertain Causality », Reproductive Health Matters 25, n°49 (2017): 21‑25, https://doi.org/10.1080/09688080.2017.1397442[]
  13. Kimberly Gressick, Adriane Gelpi, et Toni Chanroo, « Zika and Abortion in Brazilian Newspapers: How a New Outbreak Revived an Old Debate on Reproductive Rights », Sexual and Reproductive Health Matters 27, n°2 (mai 2019): 1586818, https://doi.org/10.1080/26410397.2019.1586818[]
  14. Clare Wenham, Julia Smith, et Rosemary Morgan, « COVID-19: The Gendered Impacts of the Outbreak », The Lancet 395, n°10227 (14 mars 2020): 846‑48, https://doi.org/10.1016/S0140-6736(20)30526-2[]
  15. Ann M. Starrs et al., « Accelerate Progress—Sexual and Reproductive Health and Rights for All: Report of the Guttmacher–Lancet Commission », The Lancet 391, n°10140 (30 juin 2018): 2642‑92, https://doi.org/10.1016/S0140-6736(18)30293-9[]
  16. David S. Jones, « History in a Crisis — Lessons for Covid-19 », New England Journal of Medicine 0, n°0 (12 mars 2020): null, https://doi.org/10.1056/NEJMp2004361[]
  17. A. B. C. News, « Backlash against Asians Could Hinder Efforts to Contain Coronavirus, Expert Says », ABC News, consulté le 24 avril 2020, https://abcnews.go.com/US/backlash-asians-hinder-efforts-coronavirus-expert/story?id=69556008[]
  18. Suyin Haynes, « As Coronavirus Spreads, So Does Xenophobia and Anti-Asian Racism », Time, consulté le 24 avril 2020, https://time.com/5797836/coronavirus-racism-stereotypes-attacks/[]
  19. CDC, « Coronavirus Disease 2019 (COVID-19) », Centers for Disease Control and Prevention, 11 février 2020, https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/daily-life-coping/reducing-stigma.html[]
  • 26
    Shares