La colopathie fonctionnelle entraîne fréquemment une insatisfaction sexuelle

Publié le 29 mai 2020 dans la catégorie Maladies et sexualité

Dossiers : ,
blank

Le syndrome du colon irritable, aussi appelé colopathie fonctionnelle ou trouble fonctionnel intestinal, est un trouble gastro-intestinal courant touchant 12 à 15% de la population1), se traduisant par des douleurs abdominales, des ballonnements et des troubles du transit.

Retentissement sur la qualité de vie

Il a été démontré que la qualité de vie des patients atteints du syndrome du colon irritable est aussi faible que la qualité de vie mesurée chez les patients atteints de diabète sucré ou d’insuffisance rénale terminale2). Cependant, cette maladie n’a pas seulement un impact négatif sur la santé générale, mais aussi plus spécifiquement sur la dysfonction sexuelle.

Retentissement sur la sexualité

Tout comme pour les maladies inflammatoires de l’intestin, dont un certain nombre d’études ont montré non seulement une fréquence plus élevée de dysfonction sexuelle, mais également une dysfonction sexuelle indépendante de la gravité de la maladie, des études ont montré que les patients atteints de colopathie rencontrent plus de difficultés sexuelles que les autres3).

Diminution de la satisfaction sexuelle globale

Dans une grande étude Américaine4), 51% des femmes souffrant du côlon irritable avaient une satisfaction sexuelle globale diminuée et des troubles du désir.

Pas d’amélioration malgré un changement d’alimentation

Contrairement à la maladie coeliaque, dans laquelle il a été démontré que changer de régime alimentaire permettait d’améliorer les symptômes et la sexualité, il n’a malheureusement pas été démontré de corrélation entre le fait d’éviter certains aliments et la satisfaction sexuelle dans le cadre de la colopathie fonctionnelle5).

Des études nécessaires

Les informations relatives aux dysfonctionnements sexuels chez les patients atteints du syndrome du colon irritable sont rares dans la littérature existante et ressortent principalement des questionnaires sur la qualité de vie, où les questions concernant les dysfonctionnements sexuels ne sont qu’un des nombreux indices. Ces questionnaires de qualité de vie, qui ne consacrent qu’une seule question à la description de la fonction sexuelle, ne suffisent pas à décrire la complexité de la sexualité humaine

Néanmoins, d’après les recherches disponibles, il semble que les patients atteints du syndrome du colon irritable pourraient avoir plus de problèmes sexuels que les témoins sains, notamment en terme de satisfaction sexuelle globale et de troubles du désir.

Le type et l’étendue des difficultés sexuelles restent inconnus et d’autres études portant spécifiquement sur la sexualité des patients sont nécessaires afin de fournir des informations supplémentaires afin de pouvoir mieux aider les patients atteints du syndrome du colon irritable à avoir une vie sexuelle épanouie.

Il faudrait notamment chercher à comprendre si l’insatisfaction sexuelle rencontré par ces patients est liée à des difficultés de type troubles de l’érection ou de la lubrification, à des douleurs lors des rapports, à des troubles de l’orgasme ou à une insatisfaction dans le couple.

Recevez gratuitement notre livre :)

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout !
Puisque vous semblez intéressé par le sujet, nous vous proposons de recevoir notre e-book « Qu'est-ce qu'un sexologue ? », pour :


  • Mieux comprendre le métier de sexologue
  • Découvrir quels formations permettent de devenir sexologue
  • Bien choisir son praticien
  • Découvrir de quelle manière un sexologue peut vous aider si vous souffrez de troubles de l'érection, d'éjaculation prématurée, de vaginisme, de sécheresse vaginale ou de problèmes de couple
    Nous haïssons les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. En vous inscrivant ici, vous recevrez des articles, vidéos, offres commerciales, podcasts et autres conseils en rapport avec la sexologie. Vous pourrez vous désabonner à tout instant. Lisez les mentions légales complètes pour plus d'infos.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Références

  1. (Lovell, Rebecca M., et Alexander C. Ford. « Global Prevalence of and Risk Factors for Irritable Bowel Syndrome: A Meta-Analysis ». Clinical Gastroenterology and Hepatology: The Official Clinical Practice Journal of the American Gastroenterological Association 10, nᵒ 7 (juillet 2012): 712-721.e4. https://doi.org/10.1016/j.cgh.2012.02.029[]
  2. (Gralnek, I. M., R. D. Hays, A. Kilbourne, B. Naliboff, et E. A. Mayer. « The Impact of Irritable Bowel Syndrome on Health-Related Quality of Life ». Gastroenterology 119, no 3 (septembre 2000): 654‑60. https://doi.org/10.1053/gast.2000.16484[]
  3. (Sørensen, Jeanette, Birgitte Schantz Laursen, Asbjørn Mohr Drewes, et Anne Lund Krarup. « The Incidence of Sexual Dysfunction in Patients With Irritable Bowel Syndrome ». Sexual Medicine 7, nᵒ 4 (8 octobre 2019): 371‑83. https://doi.org/10.1016/j.esxm.2019.08.010[]
  4. (Cynthia A. McGahuey, Alan J. Gelenberg, Cin, « The Arizona Sexual Experience Scale (ASEX): Reliability and Validity », Journal of Sex & Marital Therapy 26, nᵒ 1 (janvier 2000): 25‑40, https://doi.org/10.1080/009262300278623[]
  5. (Lena Böhn et al., « Self-Reported Food-Related Gastrointestinal Symptoms in IBS Are Common and Associated With More Severe Symptoms and Reduced Quality of Life »:, American Journal of Gastroenterology 108, nᵒ 5 (mai 2013): 634‑41, https://doi.org/10.1038/ajg.2013.105[]
  • 55
    Shares