La fermeture éclair est responsable d’environ 2 000 blessures aux parties génitales

Sujets : , , Enquêtes

La fermeture Eclair est responsable d’environ 2 000 blessures aux parties génitales chaque année aux Etats-Unis, selon une étude du département d’urologie de l’université de Californie à San Francisco1.

Pour leur étude, les chercheurs ont recensé les données (de 2002 à 2010) du National Electronic Injury Surveillance System qui collecte les causes d’arrivées aux urgences. Au total, la fermeture éclair représente 21,6% des blessures au pénis, l’âge moyen des victimes étant de 22 ans. Si l’on rentre un peu plus dans les détails, chez la population adulte c’est même 29,8% des cas, ce qui en fait la blessure la plus courante.

Que les hommes se rassurent, 98% des patients qui se présentent aux urgences avec ce type de blessure ont pu être traités sur place et n’ont pas eu besoin d’intervention lourde. Deux fois seulement, il a fallu une opération chirurgicale pour retirer la braguette, lors de la période étudiée par les médecins.

Comme le précisent les auteurs, les personnes non-circoncises sont les principales victimes, le prépuce étant le plus vulnérable. Parfois le scrotum est aussi touché, c’est le cas dans moins de 1% des cas.

En neuf ans, sur 17 616 cas observés, seules cinq femmes ont été touchées dont quatre pour une rencontre non désirée entre une braguette et les lèvres externes. Et pour la dernière ? Apparemment, un des éléments de la fermeture Eclair a été utilisé comme “corps étranger”dans le vagin…

Originally posted 2013-04-03 21:09:44.

Recevez gratuitement notre livre :)

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout !
Puisque vous semblez intéressé par le sujet, nous vous proposons de recevoir notre e-book « Qu'est-ce qu'un sexologue ? », pour :

blank
  • Mieux comprendre le métier de sexologue
  • Découvrir quels formations permettent de devenir sexologue
  • Bien choisir son praticien
  • Découvrir de quelle manière un sexologue peut vous aider si vous souffrez de troubles de l'érection, d'éjaculation prématurée, de vaginisme, de sécheresse vaginale ou de problèmes de couple
    Nous haïssons les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. En vous inscrivant ici, vous recevrez des articles, vidéos, offres commerciales, podcasts et autres conseils en rapport avec la sexologie. Vous pourrez vous désabonner à tout instant. Lisez les mentions légales complètes pour plus d'infos.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Références

  1. Bagga, Herman S., Gregory E. Tasian, James McGeady, Sarah D. Blaschko, Charles E. McCulloch, Jack W. McAninch, et Benjamin N. Breyer. « Zip-Related Genital Injury ». BJU International 112, no 2 (2013): E191‑94. https://doi.org/10.1111/bju.12009.[]