[Enquête] Les femmes fontaines et leurs partenaires

Sujets : , , Enquêtes
éjaculation féminine
©DepositPhoto

Infirmier libéral et étudiant en sexologie humaine à la faculté de Toulouse III, Nicolas CESSON réalise, dans le cadre de son mémoire de fin d’études, une enquête internationale sur les femmes fontaines et leurs partenaires.
Il s’agit de donner la parole à celles qui vivent ces instants ainsi qu’à leurs partenaires, afin de tenter, via une approche psycho-sexo-sociale, de mieux percevoir le ressenti concernant l’émission fontaine.

Deux questionnaires distincts sont proposés :

Ces questionnaires sont disponibles en plusieurs langues (Français, Anglais, Espagnol) et sont hébergés sur la plateforme de sondage en ligne Sphinx.
L’anonymat et la confidentialité sont bien évidemment garanti dans cette étude.

Quelques mots sur l’éjaculation féminine

Les premiers écrits traitant de ce que l’on nommera longtemps « éjaculation féminine » datent de l’antiquité gréco-romaine. Sans réellement percer tous leurs mystères, de nombreuses études, sur le point G, l’éjaculation féminine, les émissions fontaines vont être réalisées ces dernières décennies. 

  • En 2010, Camille1, bloggeuse française, curieuse de comprendre et motivée, élabore une des premières enquêtes en ligne auprès de 200 femmes fontaines et obtient des résultats prometteurs.
  • En 2011 la psycho-sexologue Caroline Lesaffre2 rencontre et interroge 13 femmes et 12 hommes qui partagent régulièrement ces émissions fontaines et constate certaines récurrences dans leurs témoignages.
  • La même année, le Docteur Rubio Casillas 3 démontre qu’il existe deux liquides distincts, l’éjaculat prostatique féminin (1ml), et l’émission fontaine (20 à 300ml). 
  • En 2013 les Docteurs Salama et Desvaux4 vont identifier l’origine vésicale de la source et mettre en évidence le fonctionnement anatomophysiologique de l’écoulement féminin, pendant la stimulation sexuelle. 

Depuis cette date, peu de nouveautées… Ainsi, dès le début de mes études universitaires en sexologie humaine, je jette mon dévolu sur une des nombreuses facettes de la sexualité féminine, qualifiée de mythe par certain.e.s : « les femmes fontaines ». J’avais à cœur de redonner la parole à celles qui vivent cet instant via une approche non médicale.

Ce travail à débuté au printemps 2020 par le biais d’entretiens semi directifs auprès de femmes fontaines et de leurs partenaires. Contraint par une situation sanitaire incertaine, et freiné dans la poursuite des rencontres, j’ai décidé d’élaborer deux questionnaires sur la base de ces entretiens préliminaires. 

Pour la première fois, une étude de 12 mois, internationale (Anglais, Français, Espagnol), diffusée sur les réseaux institutionnels et sociaux, s’adresse non seulement aux femmes fontaines mais également à leurs partenaires. Nous allons nous attarder sur des aspects sexologiques, psychologiques, et sociologiques via le ressenti de chaque participant.e.

Cette enquête sera en ligne durant l’année 2021, et compte déjà plus de 1500 participant.e.s.

Les données récoltées par la plateforme SPHINX sont confidentielles, et anonymes. L’analyse de celles-ci sera réalisé sur SPHINX et EXCEL.

Les premiers résultats seront connus dès le début de l’année 2022, puis l’intégralité des résultats devrait être publiée dès la fin du premier semestre de la même année.

Restez informé sur la santé sexuelle
Merci d’avoir lu cet article jusqu’au bout !
Puisque vous semblez intéressé par le sujet, nous vous proposons de recevoir notre e-book « Qu’est-ce qu’un sexologue ? », pour :

Références

  1. http://sexualitefeminine.fr/recherche-universitaire-sur-les-femmes-fontaines[]
  2. Meauxsoone-Lesaffre C. L’émission fontaine ou l’éjaculation féminine. Annales Médico-psychologiques, revue psychiatrique. 2013;171(2):110-114 https://www.em-consulte.com/article/791071[]
  3. Rubio-Casillas A, Jannini EA. New insights from one case of female ejaculation. J Sex Med. 2011 Dec;8(12):3500-4[]
  4. Salama, Desvaux : Nature and origin of « squirting » in female sexuality https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/25545022/[]