Y a-t-il un gène de la fidélité ?

Sujets : , , Recherche clinique, Sexualité animale

Des neuroscientifiques américains ont tenté de comprendre pourquoi le rongeur appelé campagnol des prairies n’a qu’un seul partenaire toute sa vie. Ils ont découvert qu’après le premier accouplement, l’ADN de chacun des deux alter ego évolue.

Difficile de savoir si le campagnol des prairies est amoureux. Ce qui sûr, c’est qu’une fois que ce petit rongeur a rencontré sa première partenaire, il ne la quitte plus. Le phénomène est en partie neurochimique : lors de l’accouplement, un cocktail d’hormones mêlant ocytocine, vasopressine et dopamine se libère dans son cerveau et favorise l’attachement à ce partenaire. Mais il se joue aussi dans les gênes. C’est ce que vient de découvrir une équipe de neuroscientifiques américains.

Avoir son partenaire dans ses gènes

Dans une publication faite dans le magazine Nature Neuroscience1, ces chercheurs de Floride ont montré que l’accouplement chez le campagnol des prairies aboutit sur une modification de ses gênes. Pas du séquençage ADN, mais de leur expression : on parle de phénomène épigénétique. Autrement dit : l’attachement de ce rongeur à son partenaire s’accompagne d’un changement profond de sa nature.

Cette découverte pourrait-elle permettre de mieux appréhender les comportements humains en termes de fidélité ? Ce ne sera pas évident car l’attachement est plus compliqué à étudier dans le cerveau de l’homme. Pour autant, cette découverte ouvre la voie d’autres explorations : l’homme connait-il lui aussi une évolution de ses gênes lors d’une rencontre ? A quel point la génétique et la chimie jouent-elles sur nos sentiments ? Autant de questions auxquelles les progrès de la science n’ont pour l’instant apporté que peu de réponses.

Recevez gratuitement notre livre :)

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout !
Puisque vous semblez intéressé par le sujet, nous vous proposons de recevoir notre e-book « Qu'est-ce qu'un sexologue ? », pour :

blank
  • Mieux comprendre le métier de sexologue
  • Découvrir quels formations permettent de devenir sexologue
  • Bien choisir son praticien
  • Découvrir de quelle manière un sexologue peut vous aider si vous souffrez de troubles de l'érection, d'éjaculation prématurée, de vaginisme, de sécheresse vaginale ou de problèmes de couple
    Nous haïssons les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. En vous inscrivant ici, vous recevrez des articles, vidéos, offres commerciales, podcasts et autres conseils en rapport avec la sexologie. Vous pourrez vous désabonner à tout instant. Lisez les mentions légales complètes pour plus d'infos.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Références

  1. Histone deacetylase inhibitors facilitate partner preference formation in female prairie voles. Wang H, Duclot F, Liu Y, Wang Z, Kabbaj M. Nat Neurosci. 2013 Jul;16(7):919-24. doi: 10.1038/nn.3420. Epub 2013 Jun 2.[]